Salle comble pour sauver Assange

Juan Branco soutient AssangeSalle comble ce lundi 18 février à La Carmagnole où 150 personnes ont réussi à trouver une place pour venir apporter leur soutien à Julian Assange.
Juan Branco, l’avocat français de Wikileaks et de son fondateur, en a dégainé son téléphone portable pour faire une photo et l’envoyer à son client, enfermé depuis 6 ans dans l’ambassade de l’Equateur à Londres : « Ne pas tomber dans l’oubli, c’est la 1e chose dont Julian a besoin », a-t-il notamment déclaré.
Tout en apportant des informations sur la dureté des conditions de réclusion d’Assange mais aussi sur sa grande résilience, Juan Branco a dénoncé la « couardise » des états européens qui ont bénéficié des révélations de Wikileaks mais se détournent du devoir élémentaire d’assistance à celui qui a eu le courage de les diffuser.
Co-animateur d’Acrimed, l’Observatoire critique des médias, Mathias Reymond a mis en évidence le suivisme en la matière des médias les plus…établis, jusqu’à relayer des fake-news pour discréditer Julian Assange.

« Mais que peut-on faire !? », ont exprimé à plusieurs reprises des intervenants dans la salle. Si la solution était connue, nous n’aurions pas besoin d’être là, a répondu en substance Juan Branco tout en saluant l’utilité de toutes les initiatives. Au nom de la Ligue des droits de l’homme, Alain Doudiès a aussitôt rédigé le texte d’un appel, approuvé par l’ensemble des présents.